• Français
  • English
  • Français
  • English
aA - +Imprimer la page

Projet PLASMOfab : la technologie plasmonique au cœur des puces hautes performances

Tags : communiqué

Portée par le laboratoire ICB, l’université de Bourgogne et plusieurs universités européennes, des chercheurs ont créé avec succès une plate-forme révolutionnaire pour répondre aux besoins de l’industrie en circuits complexes de petite taille à faible consommation d’énergie et hautes performances. Ces travaux ont fait l’objet d’un article publié sur le site du CORDIS, consacré aux activités européennes de recherche et développement ainsi que dans la revue Scientific Reports.

L’immense potentiel de la plasmonique a déjà été reconnu pour de nombreux domaines d’application, notamment les interconnexions optiques, la détection, la photovoltaïque et les systèmes de stockage de données. Dans certains cas, cette technologie a été mise à profit pour la recherche de produit. Cependant, l’inclusion de la plasmonique dans les circuits intégrés photoniques n’a pas encore été abordée et conserve un coût élevé et une fonctionnalité faible.

Le projet PLASMOfab, financé par l’Union Européenne, a relevé un défi important – celui des dimensions incompatibles. Alors que la mesure des puces électroniques est de l’ordre du nanomètre, celle des puces photoniques est de l’ordre du micro voire du millimètre. En combinant savoir-faire et expertise, dix partenaires industriels et instituts universitaires de recherche dans les domaines des circuits intégrés photoniques (PIC) et de l’optoélectronique ont réussi à créer une puce plasmo-photonique.

L’équipe a élaboré une plasmonique compatible avec la technologie CMOS (semi-conducteur à oxyde de métal complémentaire) et a utilisé cette technologie pour consolider les PIC avancés avec des circuits intégrés électroniques en production de masse.

Trois années de recherche ont permis d’achever ce projet et de faire de grands progrès dans la technologie utilisée dans les communications de données optiques et la biodétection pour les applications sur le lieu d’intervention.

A la suite des principales réalisations, deux sociétés ont été lancées pour commercialiser les nouvelles technologies – Bialoom Ltd, qui continuera d’explorer les biocapteurs plasmo-photoniques dans les diagnostics de points de service multicanaux à haute sensibilité et Polariton Technologies Ltd spécialisée dans les nouvelles technologies photoniques et électroniques.

> Consulter l’article du CORDIS

kc_data:
a:8:{i:0;s:0:"";s:4:"mode";s:0:"";s:3:"css";s:0:"";s:9:"max_width";s:0:"";s:7:"classes";s:0:"";s:9:"thumbnail";s:0:"";s:9:"collapsed";s:0:"";s:9:"optimized";s:0:"";}
kc_raw_content:
Portée par le laboratoire ICB, l’université de Bourgogne et plusieurs universités européennes, des chercheurs ont créé avec succès une plate-forme révolutionnaire pour répondre aux besoins de l’industrie en circuits complexes de petite taille à faible consommation d’énergie et hautes performances. Ces travaux ont fait l’objet d’un article publié sur le site du CORDIS, consacré aux activités européennes de recherche et développement ainsi que dans la revue Scientific Reports. L’immense potentiel de la plasmonique a déjà été reconnu pour de nombreux domaines d’application, notamment les interconnexions optiques, la détection, la photovoltaïque et les systèmes de stockage de données. Dans certains cas, cette technologie a été mise à profit pour la recherche de produit. Cependant, l'inclusion de la plasmonique dans les circuits intégrés photoniques n'a pas encore été abordée et conserve un coût élevé et une fonctionnalité faible. Le projet PLASMOfab, financé par l’Union Européenne, a relevé un défi important – celui des dimensions incompatibles. Alors que la mesure des puces électroniques est de l’ordre du nanomètre, celle des puces photoniques est de l’ordre du micro voire du millimètre. En combinant savoir-faire et expertise, dix partenaires industriels et instituts universitaires de recherche dans les domaines des circuits intégrés photoniques (PIC) et de l’optoélectronique ont réussi à créer une puce plasmo-photonique. L’équipe a élaboré une plasmonique compatible avec la technologie CMOS (semi-conducteur à oxyde de métal complémentaire) et a utilisé cette technologie pour consolider les PIC avancés avec des circuits intégrés électroniques en production de masse. Trois années de recherche ont permis d’achever ce projet et de faire de grands progrès dans la technologie utilisée dans les communications de données optiques et la biodétection pour les applications sur le lieu d’intervention. A la suite des principales réalisations, deux sociétés ont été lancées pour commercialiser les nouvelles technologies – Bialoom Ltd, qui continuera d’explorer les biocapteurs plasmo-photoniques dans les diagnostics de points de service multicanaux à haute sensibilité et Polariton Technologies Ltd spécialisée dans les nouvelles technologies photoniques et électroniques. > Consulter l’article du CORDIS

Log In

Create an account