Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau kit ICB

Laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne

| Partager :
Share |

Toutes les actualités du laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne

Un colloque au cœur des matériaux solides

JECH2018 1

Les jeudi 29 et vendredi 30 mars se tenaient les 49ème Journées d’Etude de la Cinétique Hétérogène, organisées par le laboratoire Interdisciplinaire Carnot de Bourgogne, dans les locaux de la Maison des Sciences de l’Homme 

de l’université de Bourgogne. Plus de 70 participants étaient présents, chercheurs confirmés et jeunes doctorants, représentants de tous les laboratoires académiques français travaillant dans ce domaine scientifique, mais également des EPIC (CEA, ONERA) et des grands groupes industriels.

« Pour comprendre la cinétique hétérogène, il faut se pencher au préalable sur la réactivité des solides », glisse Gilles Bertrand, professeur émérite du laboratoire ICB. « C’est en fait tout ce qui fait évoluer un solide, d’un état qu’il a à un moment donné à un état qu’il prendra en cours ou au terme de son évolution ». Le point commun entre une carrosserie de voiture qui rouille et une dalle de ciment fraîchement coulé ? Les deux peuvent être observées à travers le prisme de la réactivité des solides.

La cinétique hétérogène, c’est alors d’analyser la matière solide par ses aspects structuraux mais aussi à travers ses mécanismes d’évolution selon l’environnement dans lequel elle est présente, afin d’en déterminer des modèles. « La matière ne réagit pas de la même manière dans une turbine d’avion ou dans une centrale nucléaire », explique João Preturlan, doctorant brésilien à l’École Nationale Supérieure des Mines de Saint-Étienne.

JECH2018 2

La première journée des JECH est traditionnellement consacrée aux doctorants qui ont là l’occasion de présenter leurs sujets de thèses, dans un cadre convivial et bienveillant. Cette année, ils étaient 18 à participer et le prix Jean Besson est revenu à João Preturlan de l’Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, pour son sujet « Approfondissement des aspects thermodynamiques et cinétiques des transformations solide-gaz du système CaSO4-H2O ».

« Je travaille sur le plâtre et sur la déshydratation des minéraux qui le composent », s’empresse de simplifier le doctorant. « J’ai donc présenté ses réactions, ses caractéristiques et son modèle pour le représenter ». Un exposé qui a su convaincre le jury par sa clarté et sa pédagogie. « Je suis très content de rapporter le prix au labo, qui vient le récompenser », termine-t-il. La 50ème édition aura par ailleurs lieu l’an prochain dans le laboratoire de Saint-Etienne.

La seconde journée a permis à 8 chercheurs confirmés de présenter des travaux académiques et industriels, ainsi que de donner la parole à quelques professeurs émérites, à l’image de Gilles Bertrand, qui s’est amusé à projeter quelques transparents qu’il a présentés dans les années 80. Lui qui a connu près de 50 ans de JECH remarque « qu’il existe des constantes dans l’histoire de la discipline. On étudie souvent les mêmes types de matériaux et d’alliages, ceux utilisés par l’industrie », compare-t-il. « Les problématiques des années 80 restent les mêmes aujourd’hui, on approfondit les solutions que l’on peut y apporter, notamment sur la corrosion des métaux, qui est toujours un problème d’actualité ».

Avec une solution pour les 50ème Journées d’Etude de la Cinétique Hétérogène l’année prochaine ?

L’objectif de ce colloque était également de favoriser les échanges entre les acteurs académiques et industriels. Ainsi, des grands groupes comme SAFRAN, Véolia, Arcelor Mittal et Vallourec ont participé aux 2 journées, permettant ainsi de futures collaborations dans le domaine de la cinétique hétérogène.

Suivez-nous : Suivez nous sur Facebook Suivez nous sur Twitter

Cartographie Google map / uB

cnrs     Logo UTBM small  

Université de Bourgogne